Le Texas

Le nom "Texas" vient de la prononciation espagnole "Tejas", un mot issu de la langue des indiens

Province espagnole jusqu’en 1821, puis mexicaine, le Texas accède à l’indépendance en 1836. Il adhère à l’Union en 1845, après la guerre de Libération contre le Mexique et devient la 28ème étoile du drapeau américain. L’Etat du Texas est fier de son histoire marquée par une lutte incessante contre l’adversité. Aucun texan n’a oublié Fort Alamo ou les neuf années d’existence de la République texane.
Six pays différents ont administré la province. On reconnaît leur drapeau respectif sur l’un des emblèmes du Texas.

GIF

Espagne : 1519 -1685
France : 1685 -1690
Espagne : 1690 -1821
Mexique : 1821-1836
République du Texas : 1836 -1845
Etats-Unis d’Amérique : 1845 -1861
Etats Confédérés d’Amérique : 1861-1865
Etats-Unis d’Amérique : 1865

Comme tous les Etats américains, le Texas possède 4 symboles :

- fleur : "bluebonnet"
- hymne : "Texas, our Texas"
- arbre : "pecan tree"
- oiseau :"mockingbird"

GIF - 18.2 ko
Bluebonnet



1- Données générales


Langues : Anglais, Espagnol

Capitale administrative : Austin

Superficie : 678 054 km2 – 2ème Etat après l’Alaska.

Population : 25 145 561 habitants (US Census 2010) – 2ème Etat après la Californie. Un gain de 4.3 million d’habitants en 10 ans dont presque 2/3 sont hispaniques.

Principales villes : le Texas compte trois de ses villes parmi les dix villes américaines les plus peuplées :
Houston : 2 099 451 habitants (4ème ville des Etats-Unis après New York, Los Angeles et Chicago) – Maire : Annise Parker
San Antonio : 1 327 407 habitants (7ème ville) – Maire : Julian Castro
Dallas – 1 197 816 habitants (9ème ville) – Maire : Mike Rawlings
Austin : 790 390 habitants – Maire : Lee Leffingwell
Fort Worth – 741 206 habitants – Maire : Betsy Price
El Paso – 649 121 habitants – Maire : John Cook
L’agglomération de Dallas/Fort Worth/Arlington est la quatrième des Etats-Unis et celle de Houston/Sugarland/Baytown est la sixième (recensement 2010). Chacune d’elle a gagné plus d’un million de personnes depuis le recensement de 2000.


Démographie : Anglo-saxons : 45.3 %, Afro-américains : 11.5 %, Hispaniques : 37.6 %, Asiatiques : 3.8 %, Indiens d’Amériques ou autres : 1,8 % (US Census Bureau).

Actuellement plus d’un texan sur trois est d’origine hispanique. Si les projections se confirment, les Hispaniques deviendront majoritaires au Texas en 2030.

2- Situation politique

L’exécutif et le gouverneur

La branche exécutive du Texas est composée de nombreux élus : un gouverneur, un lieutenant gouverneur, un contrôleur des comptes publics, un Land Commissioner, un procureur général, un commissaire à l’agriculture, trois commissaires aux transports et un Secrétaire d’Etat désigné par le gouverneur. Le gouverneur voit donc son pouvoir restreint par les autres élus et membres de l’exécutif.

Georges W. Bush est élu Gouverneur pour la première fois en 1994 et réélu en 1998. Du fait de son accession à la présidence des Etats-Unis en 2000, c’est un autre républicain, Rick Perry, élu Lieutenant-gouverneur en 1998, qui lui succède. M. Perry est réélu en 2002 et 2006. Candidat en 2010 à un troisième mandat de quatre ans, il remporte facilement les élections en obtenant 55% des suffrages face au démocrate Bill White, l’ancien maire de Houston ne récoltant que 42% des voix. Cette victoire, conforme aux prévisions des sondages effectués durant la campagne, constitue un sans précédent dans l’histoire politique du Texas.

Le Républicain David Dewhurst occupe depuis 2003 le poste stratégique de Lieutenant-gouverneur (présidence du Sénat, élaboration du Budget, contrôle du calendrier législatif et de la nomination des présidents des commissions). Largement réélu lors des élections du 2 novembre 2010, il a battu la démocrate Linda Chavez-Thompson à 61.8% contre 34.8% des voix.

Les autres postes étatiques restent également aux mains des républicains : le Procureur général est Greg Abbott ; le Contrôleur des comptes publics, Susan Combs ; le Commissaire à l’agriculture, Todd Staples ; et le Commissaire à l’agriculture, Jerry Patterson.
Lee Leffingwell (démocrate – élu en 2009), Annise Parker (démocrate – élue en 2009), Mike Rawlings (républicain – élu en 2011) et Julian Castro (démocrate – réélu en 2011) sont respectivement les maires d’Austin, Houston, Dallas et San Antonio. L’élection d’Annise Parker, ancienne contrôleur des finances de la ville de Houston a constitué un symbole fort car il s’agit de la première femme homosexuelle à la tête d’une grande ville des Etats-Unis.

Les chambres locales

Le Texas est doté d’un système bicaméral avec une Chambre des Représentants de 150 membres (mandat de 2 ans) et un Sénat de 31 élus (mandat de 4 ans, renouvellement par moitié tous les 2 ans).
Le Président de la Chambre des Représentants (Speaker) est actuellement Joe Straus. La présidence du Sénat est assurée par le Lieutenant Gouverneur, David Dewhurst.
Les élections du 6 novembre 2012 confirment la majorité des républicains à la Chambre des Représentants qui se compose désormais de 95 républicains et de 55 démocrates.

Les républicains conservent également leur majorité au Sénat avec 19 sièges contre 12 pour les démocrates.


Les délégations texanes au Congrès fédéral

Au niveau fédéral, deux sénateurs républicains texans siègent au Sénat pour un mandat de 6 ans : John Cornyn depuis 2002. M. Cornyn (cinquième personnalité du Parti républicain) a été facilement réélu face au candidat démocrate Nick Noriega le 4 novembre 2008. Ted Cruz a lui été élu en 2012 face à Paul Sadler à 57% contre 40% des voix.
Suite au recensement de 2010, le Texas a gagné 4 sièges à la Chambres des Représentants. La délégation texane à la Chambre des Représentants est composée de 24 républicains et de 12 Démocrates.

L’élection présidentielle de 2012

Lors de l’élection de 2012, Mitt Romney a recueilli 57 % des voix et Barack Obama, 40%. Dans les grandes villes texanes ; les résultats sont beaucoup plus équilibrés avec par exemple un score de 50-50 à Harris County (Houston).

3- Situation économique

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Texas a atteint 1,207,494 milliards de dollars pour l’année fiscale 2012 (se terminant en août) Si le Texas était indépendant, son économie le situerait au 12ème rang mondial, à un niveau proche de celui de pays comme l’Espagne et le Canada.

Répartition par secteur d’activité

Jusque dans les années 1970, l’économie texane reposait sur deux piliers traditionnels : l’élevage bovin et le pétrole. Le premier choc pétrolier a favorisé le développement de la production pétrolière domestique qui fut le fondement de la prospérité du Texas et la cause de l’augmentation de sa population qui a dépassé 25 millions d’habitants en 2010, dont 82,5% vivant dans des villes.

Alors que la production de gaz et de pétrole représentait 19,4% du PIB du Texas en 1980, le poids de ce secteur n’était inférieur à 10% en 2008, au plus fort de la hausse du baril de brut. Le Texas assure 20% de la production américaine de pétrole et 30% de la production de gaz naturel. Depuis deux ans, il est le premier Etat de l’union en termes de capacités installées et de projets dans l’éolien. Il assure environ 10% de la production d’électronique et 10% de la production de verre, ciment et briques. Le Texas est également le deuxième Etat agricole, ce secteur ne représente cependant que moins de 1% de son PIB.

Les secteurs clés

Le Texas est le premier Etat américain dans le classement des 1 000 plus grandes entreprises aux Etats-Unis et le second, juste après New York et devant la Californie, en termes de présence des 500 plus grandes (classement des Fortune 500 et 1000 en 2007). Les entreprises du secteur pétrolier sont naturellement très présentes dans cette liste (Exxon, Conoco-Phillips…), mais d’autres secteurs importants sont représentés, des TIC (Texas Instrument et EDS à Dallas) à l’ingénierie (Halliburton, Fluor), la distribution (Sysco, JC Penney) ou le transport aérien (American Airlines, Continental, Southwest) pour ne citer que quelques exemples.

Les secteurs en fort développement

De fait, une réelle diversification s’est opérée avec succès au cours des trente dernières années avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), du secteur de l’électronique et des logiciels, du médical, des biotechnologies et de la construction aéronautique.
Les NTIC se concentrent dans les Silicon Hills autour d’Austin (présence de Gemalto) ; l’électronique et les télécoms dans le Telecom Corridor près de Dallas (Texas Instruments, Alcatel-Lucent) ; la construction aéronautique et spatiale à Dallas et autour du Centre spatial Johnson de la NASA à Houston.

Alors que la production de gaz et de pétrole représentait 19,4% du PIB du Texas en 1980, le poids de ce secteur n’était inférieur à 10% en 2008, au plus fort de la hausse du baril de brut.
Le Texas assure 20% de la production américaine de pétrole et 30% de la production de gaz naturel. Depuis deux ans, il est le premier Etat de l’union en termes de capacités installées et de projets dans l’éolien. Il assure environ 10% de la production d’électronique et 10% de la production de verre, ciment et briques. Le Texas est également le deuxième Etat agricole, ce secteur ne représente cependant que moins de 1% de son PIB.

Les échanges internationaux au Texas

En 2008, le Texas a, pour la septième année consécutive, été au premier rang des états de l’Union pour ses exportations. Celles-ci ont atteint 192,4 MdUSD. Les principaux clients du Texas par ordre d’importance sont le Mexique (62 MdUSD), le Canada (19,2 MdUSD), la Chine (8,4 MdUSD), les Pays-Bas (7 MdUSD) et le Brésil (6 MdUSD). Les plus fortes ventes ont été enregistrées avec les hydrocarbures (72%) les produits chimiques (9,5%), la mécanique (9,3%), l’électronique (5,1%), et les équipements de transport (2,74%).

Avec la mise en œuvre de l’Accord de Libre Echange Nord Américain (ALENA) entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique en 1994, le Texas est devenu la plaque tournante des échanges entre les trois pays. Pour permettre au Texas de faire face à ce flux grandissant de transit routier et ferroviaire, l’Etat s’est engagé dans d’importants projets d’infrastructures à long terme.

Profil socio-économique de l’Etat

En 2011, le revenu moyen par habitant est de 40,147$, contre 41,560$ au niveau national.

15.8% de la population vit sous le seuil de pauvreté, contre 13.8% en moyenne nationale.

Taux de chômage de l’Etat 6,9 %


4- Enseignement supérieur et recherche.

Le Texas occupe la quatrième place dans le paysage américain en recherche et développement. La Californie, avec des dépenses R&D qui dépassent les 71 milliards de dollars, domine la scène ; les Etats suivants, Massachusetts, Michigan et Texas ayant des dépenses dans ce domaine aux alentours de 20 milliards de dollars. On remarque que la part de R&D industrielle au Texas (78.2%) est proche de celle de la Californie (81,9%) et dépasse celle du Massachusetts (75.6%).

Le Texas se place à la deuxième place pour le dépôt de brevets aux Etats-Unis.

Le système de recherche académique texan réussit à attirer des financements fédéraux importants qui situent l’Etat à la troisième place nationale, juste derrière l’Etat de New York. La progression du Texas dans ce classement est récente – il se plaçait en sixième position en 2003 – et témoigne de la volonté actuelle des acteurs locaux de promouvoir leurs institutions d’enseignement supérieur et de recherche. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, l’Etat se classe également en troisième position pour le nombre d’étudiants de niveau pré-doctoral (« graduate ») et pour le nombre de doctorats délivrés. L’Etat s’est actuellement fortement engagé pour assurer le développement ultérieur de son potentiel d’enseignement supérieur et de recherche afin de renforcer sa place sur la scène nationale.

Les universités publiques texanes se sont progressivement réunies en six systèmes principaux : University of Texas ; Texas A&M; University of Houston ; Texas Tech University ; University of North Texas ; Texas State University. Seules quatre universités publiques mineures n’ont pas été intégrées à l’un de ces systèmes. L’Etat comprend aussi une quarantaine d’universités privées parmi lesquelles la Rice University à Houston et la Southern Methodist University à Dallas se distinguent dans leur niveau d’enseignement et leurs capacités de recherche. Le Baylor College of Medicine joue aussi un rôle de premier plan comme « medical school » privée.

Les domaines « phares » en recherche sont : énergie, santé, sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC), science des matériaux et nanotechnologies, agriculture et spatial.

- Energie : Les activités de recherche dans le domaine énergétique sont sans surprise un des points forts des universités texanes. Les principales compagnies pétrolières et gazières ont un siège au Texas et alimentent une forte activité en R&D dans ce domaine. Les universités locales ont orienté leurs stratégies afin de couvrir tous les aspects de l’énergie et toutes les sources.

- Santé : Projeté dans l’avenir, le Centre Médical de Houston, avec ses 49 hôpitaux et centres de recherche et ses 93 500 employés - dont 20 000 médecins et chercheurs - est le plus grand, et l’un des plus importants, des Etats-Unis et du monde. Le Centre de Protonthérapie de l’Université du Texas est la plus grande installation de ce genre à être utilisée pour la cure du cancer, et la seule à être intégrée à un centre de recherche, le MD Anderson Cancer Center. Le centre de recherche du Methodist Hospital est à la pointe dans l’application des nanotechnologies à la médecine, et notamment au traitement du cancer, des maladies cardiovasculaires, et à la régénération des tissus osseux.

- STIC : Les Sciences et Technologies de l’Information et des Communications (STIC) jouent un rôle important dans l’économie du Texas. Avec des acteurs industriels comme Texas Instruments, ces technologies sont aussi bien implantées que dans la Silicon Valley. 17 des 21 entreprises membres de la Semiconductor Industry Association (SIA) ont d’ailleurs leur siège au Texas. Aussi bien sur les questions de matériaux que sur les questions d’utilisation et de logiciel, le Texas reste en pointe dans les STIC. Au niveau académique, l’Université du Texas à Austin et l’Université de Houston jouent un rôle important.

- Matériaux et Nanotechnologies : Les matériaux restent un des sujets les plus importants dans la recherche actuelle, en particulier pour le lien étroit que les sciences des matériaux entretiennent avec les nanotechnologies. Toutes les universités texanes sont engagées dans ces recherches par nature multidisciplinaires, et transversales. Deux centres majeurs se détachent néanmoins : Rice University et l’Université du Texas à Austin.

- Agronomie : Le Texas est évidemment associé dans l’imaginaire collectif aux troupeaux de bovins et aux cowboys. Cette représentation cache le fait que l’Etat dispose d’une recherche scientifique de pointe dans ce domaine. En ce qui concerne la recherche en agronomie, en vétérinaire, et dans toutes les disciplines biologiques connexes, l’université la mieux placée dans les classements des Colleges américains par USNews est pourtant Texas A&M (dont le « A » dans le nom signifie justement « Agriculture »). Grâce à son College of Agriculture and Life Sciences, Texas A&M précède les Universités du Midwest (Illinois-Urbana-Champaign, Purdue et Iowa State, respectivement deuxième, troisième et quatrième), région considérée agricole par excellence.

- Spatial : « Houston » fût le premier mot prononcé par l’homme sur la Lune parce que le Texas fut choisit pour accueillir le centre de contrôle des vols spatiaux habités de la NASA, le Johnson Space Center. Le centre est le lieu d’entrainement des astronautes et de commande des vols spatiaux depuis le Projet Gemini à la Station Spatiale Internationale en passant bien sur par le programme Apollo et celui de la Navette Spatiale. En 2011, la mise à la retraite des navettes après 30 ans de service laisse en suspens la question des nouvelles orientations pour le centre spatial. Rice University maintient plusieurs Centres de recherche d’excellence dans ce domaine.

5- Présence et image de la France

8 025 français sont inscrits au registre du Consulat (Texas, Arkansas et Oklahoma) dont 7 192 au Texas. Cependant, on estime à 20 000 le nombre de français présents dans la circonscription.

La plus forte concentration de Français se situe à Houston qui abrite un nombre important d’entreprises françaises ou de filiales françaises dans le secteur de l’énergie. Les trois quarts des membres de la communauté française sont des expatriés dont le temps de séjour dure en moyenne trois ans. Les autres Français sont des résidents permanents vivant depuis de nombreuses années au Texas et détenant souvent la double nationalité.

Présence économique :

La présence française au Texas est particulièrement importante à Houston qui accueille une centaine d’entreprises, majoritairement impliquées dans les secteurs liés à l’énergie (Total, Technip, CGG, Géoservices, Suez, Schlumberger, Dalkia, Doris, Nexans), des équipementiers pétroliers (Vallourec, Boccard, Technogenia), de la chimie (Total Petrochemicals, Arkema, Air Liquide, Rhodia) et de la banque (BNP-Paribas, Calyon. Natixis, Société Générale).

Un second pôle se concentre autour de la conurbation Dallas-Fort Worth notamment dans la construction aéronautique et services associés (Eurocopter, Turbomeca, Sagem, Labinal,, Weber Aircraft), et les équipements de télécommunication (Alcatel) et électriques (Rexel).
Dallas accueille également les sièges américains du Groupe Accor et d’Essilor.

En 2011, le montant des importations du Texas en provenance de France a atteint 3,1 milliards de dollars, soit 1% des importations totale de l’Etat plaçant la France au 22ème rang des fournisseurs. Les équipements de transport occupent la première place (31%) suivis à égalité des produits chimiques et des produits informatiques et électroniques (16%).

La France a pour sa part cette année-là importé du Texas des biens d’une valeur totale de 2,9 milliards de dollars (1% des importations françaises), dominés par les produits chimiques (34%) suivis des produits pétroliers et du charbon. La France est le 18ème rang des clients du Texas.

La France était en 2008 le troisième investisseur au Texas avec un stock de 11,3 milliards de dollars en troisième position derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne. Cela représente 42 700 créations d’emplois. Avec quelque 200 filiales, soit 6% du total américain, le Texas se situe aujourd’hui au 3ème rang (après l’Etat de New-York et la Californie) pour le nombre de ces implantations. Les principaux secteurs représentés sont les hydrocarbures, la pétrochimie, les transports, la santé et l’électronique.

Présence universitaire et artistique

Environnement artistique et culturel

Dans cette région des Etats-Unis, il existe une réelle demande culturelle qui s’inscrit dans un contexte financièrement puissant, diversifié, organisé autour d’universités dotées d’infrastructures culturelles, de nombreuses salles de spectacle, de musées imposants, et de galeries privées dynamiques.

Une des plus importantes collections d’art moderne et contemporain privées des Etats-Unis, The Menil Collection, se trouve à Houston. Constituée par le couple franco-américain John et Dominique de Menil à partir des années 30, cette collection est aujourd’hui exposée dans un édifice remarquable réalisé par le célèbre Renzo Piano, architecte du Centre Georges Pompidou à Paris. The Museum of Fine Arts of Houston (MFAH), plus ancien et plus grand musée du Texas, abrite près de 45 000 œuvres - dont une collection française exceptionnelle - et accueille 2,5 millions de visiteurs par an. La présence de l’art contemporain américain et international dans ces sites prestigieux coexiste avec un goût indéfectible du public pour l’art français patrimonial, où réside encore pour l’Amérique d’aujourd’hui l’essentiel de notre identité culturelle.

En musique, l’orchestre symphonique de Houston donne chaque année plus de 200 concerts à travers le monde entier et présente régulièrement des œuvres et des artistes français. L’orchestre symphonique de Dallas (Dallas Symphony Orchestra) est également réputé : il se produit dans le Morton H. Meyerson Symphony Center. Le Bass Performance Hall de Fort Worth s’inscrit dans la politique de revitalisation du centre-ville et accueille un orchestre symphonique, un ballet et un opéra.

Le Houston Theater District qui s’étend sur 17 blocs dans le centre de Houston est le deuxième plus grand quartier culturel aux Etats-Unis en nombre de place derrière Broadway à New York. Il comprend 12 948 sièges pour des spectacles d’opéra, de ballets, de musique et de théâtre et attire plus de deux millions de spectateurs chaque année. Houston est l’une des cinq villes américaines à avoir une troupe professionnelle résidente dans les quatre disciplines des arts de la scène. La ville possède également des institutions culturelles de premier plan comme le Houston Grand Opera, le Houston Ballet et le Alley Theatre.

En outre, l’agglomération de Dallas-Fort Worth compte de nombreux théâtres. À Odessa, un bâtiment dont l’architecture s’inspire du Théâtre du Globe de Londres voit chaque été la représentation de pièces françaises et européennes.

En terme de présence cinématographique, la multitude et la diversité des salles nous conduit à chercher à développer la projection de films français de façon régulière ou sous forme de festival. Le MFAH de Houston projette chaque année plus de 200 films parmi lesquels de nombreuses productions françaises. La ville de Dallas héberge le Texas Theater (style Cinéma Paradisio) aujourd’hui rénové et est candidat à une diffusion régulière de films francophones.

Dans le paysage culturel texan, Austin occupe également une place de choix en tant que Capitale mondiale de la musique live. La ville attire chaque année un grand nombre de jeunes aux Etats Unis venus pour y vivre, y étudier et vibrer à la centaine de concerts annuels. Le Festival intéractif, musique et cinéma : SXSW attire chaque année plus de 45.000 spectateurs et professionnels du monde entier parmi lesquels une vingtaine de groupes français.

Austin met également régulièrement à profit son jumelage avec la ville d’Angers en organisant de nombreux partenariats culturels et échanges d’étudiants. Fondée en 1883, University of Texas-Austin est l’une des plus prestigieuses de l’Etat du Texas. Elle rassemble 16 000 enseignants, intervenants et employés autour de 65 000 étudiants.

Environnement universitaire, éducatif et linguistique

Le pôle universitaire texan représente un noyau d’excellence universitaire avec une cinquantaine d’universités publiques, regroupées en « systèmes », University of Texas et Texas A&M par exemple qui comptent chacune une douzaine de branches indépendantes et dont certains départements (langues étrangères, sociologie, sciences politiques, études françaises, écoles de musique, collèges d’architecture) se caractérisent par leur dynamisme et leur intérêt pour la France. Il existe également au moins autant d’universités et collèges privées parmi lesquelles Rice University à Houston (15ème rang des meilleures universités du pays) qui constitue un interlocuteur de haut niveau, ainsi qu’un coorganisateur précieux pour la mise en œuvre de rencontres ou de conférences franco-américaines. En outre, Rice University abrite le département d’études françaises le plus important de la circonscription.

La langue française, assez largement enseignée dans les écoles et les universités, n’est pas une langue rare ou surannée mais reste cependant le choix culturel d’une certaine élite et souffre de plus en plus de la concurrence du mandarin ou de l’espagnol. Avec l’American Association of Teachers of French (AATF), le service culturel du Consulat participe à la promotion du français dans de nombreuses écoles.

Présence dans le domaine scientifique

Les institutions de recherche du Texas ont de nombreuses interactions avec la France. Les secteurs les plus représentatifs sont ceux de la médecine, des nanotechnologies et des sciences des matériaux, ainsi que le spatial.

Les relations sont établies à plusieurs niveaux, depuis le niveau -institutionnel avec des accords de coopération comme celui du MD Anderson Cancer Center avec l’Institut Gustave Roussy (Villejuif), ou du Texas Children Cancer Center et du Centre Léon Bérard (Lyon), jusqu’aux échanges informels d’enseignants chercheurs et d’étudiants.

Plusieurs scientifiques français occupent des postes de responsabilité dans des institutions de recherche du Texas, comme au Texas Medical Center de Houston, à University of Houston ou au Baylor Institute for Immunology Research (Dallas). De nombreux post-doctorants français viennent passer une ou plusieurs années dans les laboratoires des établissements universitaires (MD Anderson Cancer Center, Baylor institute, Rice University, UT Austin, etc.).

Alliances françaises et relais d’image

Huit Alliances françaises fonctionnent au Texas à Austin, Corpus Christi, Dallas, El Paso, Houston, Huntsville, Lubbock et San Antonio.
Trois Accueils sont au service de la communauté française à Austin, Dallas et Houston.
Trois écoles, à Austin, à Dallas et à Houston permettent actuellement aux enfants français ou francophones de suivre le cursus scolaire français. Ces écoles sont agréées par le Ministère de l’Education Nationale.

Dallas International School avec des classes (classes de la maternelle à la terminale).

la section française de AWTY International School à Houston avec à sa tête un proviseur français (classes de la maternelle à la terminale).

Austin International School (classes de maternelle et de primaire).

Deux Chambres de Commerce franco-américaines sont très actives à Dallas et Houston.

ET POUR PLUS DE DETAILS SURPRENANTS SUR LE TEXAS, LISEZ L’ARTICLE : "LE TEXAS QUE VOUS NE CONNAISSEZ PAS"

Dernière modification : 30/06/2015

Haut de page