La France, dans le trio de tête de l’innovation mondiale

La France n’est pas en panne d’innovation ! D’après le classement des pays les plus innovants, établi par l’agence Thomson-Reuters en octobre 2013, les tricolores se placent en troisième position.

Douze groupes français parmi les plus innovants du monde

Dans ce classement, le cabinet américain recense les entreprises et les centres de recherche développant une politique de brevets très dynamique (volume de brevets déposés, le taux de brevets acceptés, notoriété de ces derniers). En 2013, si les Etats-Unis dominent ce top 100 (45 organisations citées) devant le Japon (28), la France suit avec 12 groupes retenus. Parmi ces leaders de l’innovation, on retrouve neuf entreprises (Alcatel-Lucent, Arkema, EADS, L’Oréal, Michelin, Saint-Gobain, Thales, Safran et Valeo) et trois organismes(Commissariat à l’Energie Atomique – CEA, Centre National de la recherche scientifique- CNRS et IFP Energies Nouvelles). Ce prestigieux palmarès fait de l’Hexagone le pays le plus innovant d’Europe, loin devant la Suisse (4 groupes), l’Allemagne (3 groupes) et la Suède (2 entreprises).

Le Crédit d’Impôt Recherche, un outil performant

En 2012, les sociétés et organismes français ont consacré un budget de 38 milliards d’Euros dans la recherche et déposé plus de 12.000 brevets selon l’Office Européen des Brevets. Cette réussite est due, notamment, à la politique d’innovation du pays et au Crédit d’Impôt Recherche (CIR). Il s’agit d’une réduction d’impôt calculée sur la base des dépenses en Recherche et Développement engagées par les entreprises. Cette aide fiscale permet d’encourager les efforts des entreprises innovantes pour accroître leur compétitivité, quel que soit leur secteur d’activité, leur taille et leur organisation.

Derrière les champions, des start-up pionnières

JPEG

Les innovations créées en France sont nombreuses dans les domaines, entre autres, de la recherche scientifique (CEA, CNRS, IFP Technologies), de l’aéronautique (EADS, Thales, Safran) et de l’équipement automobile (Michelin, Valéo). Michelin travaille actuellement sur une véritable révolution, l’Active Wheel ; c’est ainsi que Michelin désigne ses roues équipées de moteurs électriques. Il y aura un moteur pour alimenter la roue et un autre pour gérer la suspension. Écologique, le système annonce véritablement l’invention de la roue autonome.

JPEG
Mais il n’y a pas que les multinationales qui réalisent des découvertes dans l’Hexagone, le tissu industriel français est aussi constitué de petites et moyennes entreprises (PME) qui profitent de la politique d’innovation nationale. La France est par exemple le premier pays à avoir ouvert son espace aérien aux drones civils, un marché évalué à 2 milliards d’euros d’ici 2015. Afin de profiter de ce terrain d’expérimentation unique, Frédéric Serre a cofondé la société Delta Drone : « Le drone sera à l’aéronautique ce que le mobile est devenu au téléphone fixe. Nous évoluons sur un marché très prometteur ». A ce jour, ces aérodynes téléguidés servent à établir des relevés topographiques dans les carrières, inspecter des infrastructures ou des exploitations céréalières. Entré en bourse l’été dernier, Delta Drone vient d’ouvrir une école afin de former des télé-pilotes. Cette entreprise vise un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros en 2014.

Des innovations pour réussir la transition énergétique

Les scientifiques français recherchent chaque jour des moyens de produire de l’énergie durable. C’est le cas de l’entreprise Hydroquest qui commercialise des hydroliennes : des turbines utilisant la force du courant dans les fleuves pour générer de l’électricité. Plein d’avenir, ce marché est estimé à 12 milliards d’euros dans les prochaines années. Dans le même secteur, Algopack vient de lancer une alternative au tout-pétrole : cette start-up produit un plastique non-polluant constitué uniquement d’algues brunes recueillies sur la plage. Une fois enfouie sous terre, la matière solide redevient une algue fertilisante en quelques semaines.

Dans le domaine de l’énergie, les innovations sont encouragées par le gouvernement français. En septembre 2013, il a lancé 34 plans de « reconquête industrielle », dont plusieurs sont destinés à développer une mobilité intelligente : créer la voiture consommant 2 litres aux 100 km, un navire écologique, les « TGV et voiture du futur » ou encore un avion électrique… D’après le cabinet Mc Kinsey, la totalité de ces projets représente un potentiel de 480 000 emplois dans les dix ans à venir et plus de 45 milliards d’euros de valeur ajoutée. De quoi dynamiser encore la capacité d’innovation de l’Hexagone.

Dernière modification : 02/12/2013

Haut de page