Prix internationaux et France : Lauréats français du moment

En ce début d’année, il est intéressant de faire le bilan des lauréats de prix internationaux que les français détiennent en cet instant. Bien sûr, il est impossible de couvrir l’ensemble des prix internationaux tant leur nombre est important, toutefois nous pouvons nous concentrer sur la petite trentaine les plus représentatifs (cf. Tableau 1).

JPEG

Ces prix concernent l’ensemble des disciplines de la recherche scientifique allant de la physique à l’économie en passant par la médecine et l’histoire. Ils couvrent également les disciplines d’expressions culturelles telles que la musique ou la peinture. A l’heure où nous publions cet article, 12 français sont lauréats de l’une de ces 28 distinctions de plus haut niveau qu’ils partagent généralement avec d’autres chercheurs ou artistes dans leur catégorie et/ou parmi différentes catégories (cf. Tableau 2).

JPEG

JPEG - 5 ko
Alim-Louis BENABID

Parmi tous ces français d’exception, reconnus par la communauté internationale, le Dr. Alim-Louis BENABID se distingue en étant lauréat de deux prix : le prix Lasker (Lasker Award) dans la catégorie « recherche médicale clinique » et le prix des Découvertes Capitales (Breakthrough Prize) dans la catégorie « recherche en sciences de la vie ». Le Dr. BENABID est un neurochirurgien français, Professeur émérite de biophysique à l’Université Joseph Fourier (Grenoble 1) et Conseiller scientifique au CEA. Précédemment, il fut le chef du service de neurochirurgie du centre hospitalier universitaire de Grenoble et directeur de l’unité « Neurosciences précliniques » de l’INSERM, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale français. D’autre part, en 2012 le Dr. BENABID a été l’initiateur du centre Clinatec à Grenoble : un centre de recherche biomédicale regroupant médecins, biologistes et spécialistes en nanotechnologies, le premier centre de ce type dans le monde. Ses travaux de recherche ont porté sur la chirurgie stéréotaxique pour laquelle il a développé de nouvelles méthodes chirurgicales permettant de faire des interventions telles que des biopsies sur le cerveau de manière moins invasive qu’une intervention classique. Ceci lui a permis de créer avec son équipe des banques de tissus qui ont permis de caractériser les tumeurs cérébrales par cartographie oncogénique. Toutefois, les distinctions qu’il a récemment reçues concernent ses travaux novateurs dans le domaine de la stimulation cérébrale profonde. Ses derniers travaux ont été faits dans le cadre d’études de cas graves de maladie de Parkinson. Pour traiter ces patients, Dr. BENABID a mis au point une technique qui consiste à implanter des électrodes afin de stimuler de manière très précises certaines zones très localisées du cerveau grâce à un courant électrique à haute fréquence (100 à 200 Hz), d’où ce nom de « stimulation cérébrale profonde ». Ce traitement améliore d’une manière significative les symptômes moteurs des malades parkinsoniens sans traitement et la dyskinésie (mouvement anormal) pour les malades sous traitement au Levodopa. Les améliorations sont stables dans le temps, même durant plus de cinq ans, et permettent de diminuer les traitements médicaux.

JPEG - 6.1 ko
Louis POUZIN

Un autre lauréat atypique est Louis POUZIN. Louis POUZIN est un ingénieur de l’Ecole Polytechnique (promotion 1950) qui s’est intéressé au tout début de sa carrière à ce qui était à l’époque un champ de recherche nouveau « l’informatique » et, contrairement à la majorité des chercheurs, POUZIN a passé sa carrière à osciller entre le secteur privé (BULL, Simca) et des centres de recherche publics (MIT, Météo-France, INRIA). POUZIN a reçu plusieurs distinctions internationales dont en 2013 Le Queen Elizabeth Prize for Engineering (prix de la Reine Elizabeth pour l’ingénierie), prix décerné tous les deux ans. Ce prix lui a été discerné pour sa contribution aux technologies fondatrices de l’Internet tel que nous le connaissons aujourd’hui et par là reconnait son expertise exceptionnelle en communication et réseaux informatiques. La majorité de sa carrière a été ainsi consacrée à la conception et la mise en œuvre de systèmes informatiques, tels que CTSS, le premier grand système de partage du temps, ou le réseau informatique CYCLADES et son réseau de commutation en paquets datagramme, à partir de laquelle le protocole TCP/IP est dérivé. Du fait de son expertise, il a participé aux activités de standardisation de l’Internet (IFIP, ISO and CCITT) et reçu plusieurs prix internationaux : IFIP Silver Core, ACM SIGCOMM ou IEEE Internet. Il fait partie depuis 2012 du Temple de la renommée d’Internet (Internet Hall of Fame). Retraité, il préside le conseil d’administration du NLIC (Native Language Internet Consortium) et est chargé du développement à l’association Eurolinc, dont l’objectif est de promouvoir le multilinguisme dans l’Internet. Il est un des plus grands experts sur le multilinguisme dans la communauté Internet mondiale. Il est également président d’honneur de la Société Française de l’Internet.

Nous ne pouvons pas ici parler de chacun de ces personnes d’exception dans leur capacité à innover, à créer, à comprendre et « sentir » des notions d’une extrême complexité, mais n’hésitez pas à vous renseigner sur ces chercheurs et artistes…Certains pourraient venir dans la circonscription en 2015 !

Dernière modification : 07/01/2015

Haut de page