Succès de la conférence sur le changement climatique à Houston

Le 22 octobre dernier s’est tenue à Houston une conférence sur le changement climatique organisée par le Service pour la science et la technologie de l’ambassade de France aux Etats Unis, le consulat général de France à Houston et le Baker Institute de l’université Rice.

JPEG

Cette conférence fait partie d’une série de trois conférences sur le climat qui ont lieu au Texas : à Dallas (17 septembre), Houston (22 octobre) et Austin (13 novembre). Ces conférences se déroulent en préparation de la Conférence sur le Changement Climatique des Nations Unies COP21 qui se tiendra à Paris en décembre prochain et dans le cadre du programme FACTS ( French Ameri-Can Climate TalkS), impliquant des experts du domaine de l’environnement et de politique en matière de climat.

Cette conférence dont le titre est « Confronting Climate Change : Policies and Opportunities » s’est focalisée sur les politiques publiques et les mesures adoptées par les sociétés pour faire face au changement climatique. Elle a rencontré un vif succès avec plus de 160 participants.

Sujiro Seam, consul général de France à Houston, a ouvert la conférence par quelques remarques sur les enjeux de la conférence des parties à Paris en novembre prochain (COP21).

JPEG

De prestigieux intervenants ont pris part à deux tables rondes. La première table ronde a porté sur le changement climatique et les politiques publiques.

JPEG

Frédéric Bontems, Directeur du développement et des biens publics mondiaux au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international, a souligné que la COP21 est l’occasion de créer un consensus global sur le changement climatique et qu’il s’agit de la dernière opportunité de conclure un nouvel accord après celui de Kyoto en 1997. "Nous avons besoin d’une vision pour le futur, au moins jusqu’en 2050" a t-il déclaré. Il a aussi insisté sur le fait que tous les secteurs de la société sont impliqués dans la lutte contre le changement climatique : le secteur privé, les ONG....

Megan Ceronsky, conseillère principale au bureau de l’énergie et des politiques sur le changement climatique à la Maison Blanche, a donné des détails concernant le plan d’action pour le climat du président Obama, en soulignant l’importance des nouvelles normes d’émission pour les centrales électriques afin de réduire les gaz à effet de serre. Elle préconise, plutôt que le captage du carbone qui est coûteux et compliqué, d’optimiser les systèmes d’interconnexion des réseaux électriques et leur efficacité énergétique afin de trouver le bon équilibre entre l’offre et la demande. "Le président Obama s’engage à réduire les emissions à effet de serre. "La COP21 créé une mobilisation internationale vers cet objectif", a déclaré Mme Ceronsky.

"Le président Obama est déterminé à agir pour améliorer le rendement des carburants", a indiqué Mme Margo T. Oge, ancienne directrice du bureau des transports et de la qualité de l’air à l’agence pour la protection de l’environnement américaine. Selon Mme Oge, avec la nouvelle réglementation, les voitures devraient doubler leur efficacité en carburant d’ici 2025 et la pollution par le carbone serait réduite de moitié. Elle a aussi mentionné que 70% des gaz à effet de serre sont produits par les mégapoles du monde entier. Les villes vont jouer un rôle déterminant dans la lutte contre le changement climatique. Beaucoup de villes américaines, dit-elle, font la promotion de l’utilisation de véhicules électriques, de la bicyclette, du co-voiturage et de la marche pour réduire emissions et embouteillages.

Une seconde table ronde s’est focalisée sur la question suivante : " Comment les sociétés se positionnent-elles face au changement climatique" ?

JPEG

Mark Anderson, vice-président principal, Affaires publiques d’EDF, Inc, a souligné que la compagnie d’électricité a réussi a atteindre 87% de production d’énergie sans carbone. Elle a pour objectif d’accroitre sa production d’énergies renouvelables de 25 GW à 50 GW d’ici 2030.
Eric Bradley, vice-président de la stratégie d’ ENGIE North America, a affirmé que sa compagnie a pour objectif d’arrêter tout nouveau projet de centrale au charbon et s’engage à déveloper 100% de nouveaux projets énergétiques à émissions faibles ou nulles.

Selon John Caldwell , directeur d’économie de l’Edison Electric Institute, les centrales électriques reduisent leurs emissions malgré une demande croissante d’électricité. La fexibilité est nécessaire à l’innovation et l’éfficacité économique. La compagnie énergétique du futur impliquera de multiples intervenants engagés dans la distribution de l’électricité. Les réseaux électriques devront être modernisés pour accroitre leur fiabilité et leur résilience.

Steve Corneli, vice président pour la politique et la stratégie d’NRG Energy, était le principal intervenant lors du déjeuner. Il a indiqué qu’NRG avait pour objectif de réduire ses emissions de CO2 de 50% d’ici 2030 et de 90% d’ici 2050. Selon M. Corneli, la question dans le débat sur le changement climatique est plus complexe que le seul prix des énergies renouvelables. Ce qui est en jeu est la manière dont on combinera l’énergie fossile et la nouvelle technologie du charbon propre (captage et le stockage du carbone -CSC) avec les énergies renouvelables pour assurer la fiabilité.
Le défi pour les décideurs est de trouver des solutions commerciales dans le cadre de la problématique du changement climatique qui créeraient de la valeur pour les consommateurs, attireraient du capital et en même temps créeraient des valeurs sociales. Au Texas, précise M. Corneli, si 8% des centrales au charbon étaient fermées, le Texas serait en conformité avec le plan d’action sur l’assainissement de
l’air d’ici 2025.

JPEG

Vidéo de la conférence :http://bakerinstitute.org/videos/

Interview de Frédéric Bontems

La prochaine conférence sur le changement climatique (French Ameri-Can Climate TalkS - FACTS) aura lieu à Austin le 13 novembre, 2015, pour plus d’information, cliquez ici.

Dernière modification : 27/10/2015

Haut de page